SALOMÉ LECLERC: Les choses extérieures

Décembre 2016, quelques chansons existent. Elles ne passeront pas toutes à travers le temps. C’est la première phase de ce qui allait devenir Les choses extérieures.

Entre ici et chez toi. La fin des saisons. Des plumes et des ombres.

Mai 2017. Entre les murs d’un studio du Mile End, je cherche l’espace pour laisser vivre de nouvelles chansons. L’été arrive, l’inspiration ne me vient habituellement pas à la saison chaude. Ça ne fait pas exception : il faudra repousser à l’hiver prochain l’enregistrement du disque prévu pour l’automne.

Entre parenthèses.

Encore quelques mois entre mon appartement et mon local de pratique. D’autres chansons se font une place. Philippe Brault est le premier à les entendre. Des semaines à apprivoiser le sentiment d’urgence qui freine parfois la création. Sentir que les mots se déposent, qu’ils trouvent leurs mélodies. Laisser Félix Dyotte me relire, fignoler les textes. Savoir que les choses avancent, aussi.

Mars 2018, plusieurs chantiers sont ouverts. Rencontre nouvelle avec Sébastien Blais-Montpetit qui fera la prise de son. Saut dans le vide au Studio Masterkut pour capter ce qui peut-être n’existe même pas encore. Une petite semaine, quatre chansons dans une forme qui ne restera pas définitive.

Retour à mon appartement. Les chantiers de tous les possibles, des notes ici et là dans des cahiers, des mélodies qui patientent dans mon ordinateur. Je découpe mes chansons, je recolle les morceaux. Ce qui était devient autre chose.

Nos révolutions.

La manière de faire a changé. Elle se précise au fur et à mesure. L’instinct prend le dessus, guide chaque pas.

Avril 2018, le studio encore. Cinq jours à tourner en rond. Je fais des calculs. Je sens l’urgence. Ça n’avance pas comme je le voudrais.

Version un. Je n’ai pas dit mon dernier mot. Les choses vont changer.

Mai 2018, le beau temps revient, la confiance aussi. Dernier droit, il me faut des oreilles nouvelles, un regard extérieur. Antoine Corriveau entre au studio Masterkut. Une session est ouverte, Le mois de mai, étalée sur plusieurs pistes. Antoine s’assoit, sélectionne au hasard les tracks enregistrées plus tôt, fait du silence, laisse jouer la batterie et la basse. Le temps est en suspens. Ce son que je cherchais, ce souhait de garder et conserver le côté brut et naturel. C’est ce qui teintera mon disque.

Version deux. J’ai trouvé où je vais.

Le mois de mai. Dans une larme.

Juin 2018, d’un grand souffle, la violoniste Mélanie Bélair pose ses arrangements et confirme mes certitudes. Avant même d’écrire ma première chanson je savais que je voulais entendre des cordes sur mon disque.

Ton équilibre. Chanson #7 (Les choses extérieures).

Juillet et août 2018, mixage. Ghyslain-Luc Lavigne, presque comme un autre musicien tant son apport s’entend, ajoute une dimension nouvelle aux chansons.

Octobre 2018, fermer la lumière de mon local en y laissant ma guitare. Retrouver mon appartement. Écouter le test press du vinyle. L’approuver.

Les choses extérieures. Version finale.


Salomé




★ ★ ★ ★

« Tout n’est que qualité et raffinement dans le monde de la brillante Salomé Leclerc » 

— Catherine Genest, VOIR


« [Salomé] chante comme elle n’a jamais chanté auparavant. Sa voix s’est levée debout, est devenue figure de proue, nue et forte (…) c’est, de loin, son meilleur album » 

— Sylvain Cormier, Le Devoir